Écolodge Le bruit de l’eau – notre nuit insolite

Écolodge Le bruit de l’eau – notre nuit insolite

Aujourd’hui il fait froid… J’avais envie de retrouver un peu de chaleur auprès d’un bon souvenir d’été de cette année. Je vous parle de mon expédition à l’Ecolodge Le bruit de l’eau avec ma sœur. Passer une nuit dans un endroit insolite, quoi de mieux pour se dépayser ? Si la nuit dans le Dojo est une belle idée pour une virée d’été…Je pense qu’offrir une nuit dans l’astrolabe pour Noël c’est THE idée cadeau originale !

Direction le bruit de l’eau …


Il est 8h00 lorsque ma sœur et son Kangoo gris débarquent devant chez moi. Quel plaisir de placer ma petite valise et son odeur de vacances dans le coffre. Sur le GPS : 1 chemin des Matelots 80120 Saint-Quentin-en-Tourmont – Direction Le bruit de l’eau à la découverte de la chambre Dôjô.

On part la tête déjà trop pleine tout au début du mois d’août. Avec une envie de légèreté, de silence, de rien du tout d’encombrant [ même pas la valise ]. On a envie de nature de discuter, de rire de tout, mais surtout de RIEN. Cette offre nous l’avons trouvé sur Booking, avec une petite réduction en prime. Entre sœurs, on est de la team » on s’organise » et « on se prend bien le melon » , cette fois, ça n’était pas le cas [ et je vous le recommande… ]

L’itinéraire est simple, droit devant vous ! Petit plus en fin de route, le paysage est très beau. Mais le chemin des Matelots, lui, semble introuvable. De toute façon, l’estomac prend le dessus et nous voilà devant Le Domaine du Marquenterre. Nous et notre mood aventurier décidons d’y faire une halte gourmande. Le hasard fait bien les choses ! La terrasse est magnifique et donne sur un petit étang. Et la carte ? Le bar et sa sauce au beurre côtoient le tartare 100% français et les desserts homemade. Un service rapide et sympathique, des produits succulents.

On nous y indique le mystérieux chemin des matelots en prime ! Maintenant que nous savons que notre Dôjô n’est pas bien loin et que notre fatigue mentale de la routine citadine infernale semble s’être fait la belle, on a envie de profiter du paysage.

On se retrouve sur un parcours de 3km dans les dunes avec nos petites claquettes inadaptées. Mais OSEF ! C’est un peu l’ambiance et que c’est agréable. De gigantesques arbres foncés recouvrent le ciel bleu et nos pieds slaloment dans le sable pour éviter de marcher sur les épines. Nous sommes à 2h de Lille et nous marchons sous 35° à la recherche d’une grande dune, dernier obstacle avant la plage.

Je me retrouve à me fabriquer un chapeau avec un vêtement en admiration face à mes petits mollets de coq motivés à atteindre le point d’eau. LA DUNE ! Enfin, après 1h de marche, nous la grimpons dans un dernier effort pour nous prendre une gifle visuelle.

La douleur des jambes s’évapore pour laisser place à l’admiration d’une vue 100% nature. La mer forêt est déserte, le bruit reposant des vagues nous invite à faire une petite pause bien méritée.

18h00 approche, nous avons rendez-vous à l’Ecolodge, il est temps de faire le chemin en sens inverse. Le retour est plus rapide, ma sœur m’amuse, car elle est restée en maillot. On reprend le Kangoo en otage dans notre petite aventure, le logement insolite est à proximité.

Une nuit en pleine nature :


Un portail en bois, une pancarte Ecolodge et un petit digicode, nous sommes arrivées. Le portail s’ouvre sur un tout petit parking de cailloux. Ma sœur tente une manœuvre maison qu’elle réussit sous mes yeux ébahis de « sans permis » ( à l’époque ). Une dame souriante fait son apparition de derrière les grandes herbes, elle nous invite à la suivre. Il n’y a pas un bruit, nous ne croisons personne, nous suivons le guide avec curiosité et hâte de découvrir notre logement.

L’eau, les plantes, le calme, l’aventure semble continuer... Puis l’Astrolabe, cet Igloo argenté qui ressemble au sac Isé miake est là juste devant nous. Un logement insolite que s’empresse de nous faire visiter notre guide accueillante. On visite alors cette boule futuriste si surprenante. Mais ce logement ne nous est pas destiné, la guide confuse s’excuse de cette maladresse ( qui n’en est pas une, car nous sommes juste ravies d’avoir eu l’occasion de découvrir ce logement insolite ). Devant notre enthousiasme, notre hôte nous fait découvrir alors les autres logements pour notre plus grand plaisir.

Le meilleur pour la fin ? Nous nous dirigeons vers notre réservation, Le Dojo d’été.

Au milieu de l’eau, une cabane en bois abrite un lit à la japonaise enveloppé d’une vaste moustiquaire. Des paravents sur toutes les faces, notre chambre sur pilotis est magnifique. Le CD de la musique Japonaise vient bercer cette décoration authentiquement sublime. La vue de l’étang s’invite dans la chambre et nous nous empressons de nous asseoir sur les petits sièges de bois au sol pour déguster le thé offert.

Adieu la salle de bain conventionnel, le SPA privative dans le Dojo et la douche solaire seront nos alliés. On peut manger le soir à l’Ecolodge et commander un brunch le lendemain si nous le désirons.

Nous voilà dans notre petit chez nous et nous sommes juste comblées. Pour notre part, nous décidons de retourner au restaurant du domaine qui nous avait comblés le midi même. Mais avant ça nous nous empressons de tester le SPA et la douche solaire qui intensifient le dépaysement. Nous n’avons pas de réseau et tant mieux, la nature semble être de notre côté, nous ne serons pas joignables.

Visite de Saint- Valéry :


De retour du restaurant, la fatigue n’est pas loin et la nuit non plus. On se retrouve naturellement assises devant l’étang à contempler la puissance d’une nature silencieuse. L’obscurité arrive et amène avec elle la faune nocturne. Ce soir pas de TV, on regarde la danse des chauves souri en HD ! En grande froussarde et petite cadette, j’exige la fermeture de la porte coulissante à la vue d’un énorme papillon de nuit. Je précise que ma sœur aînée a eu pour mission de le remettre vivant dehors alors que j’étais enfermée sous la moustiquaire…

La couette est ultra confortable et chaude. On se retrouve à refaire le monde en discutant pendant des heures. Elle promet de ne pas s’endormir en premier pour finir par le faire…comme à l’époque. J’en profite pour allumer tous les accessoires pour faire fuir les insectes ( oui la cabane est bien équipée à ce niveau ) et je m’endors à mon tour.

La nuit s’est bien passée, on en profite pour abuser du SPA une seconde fois. Et pour notre deuxième et dernière journée, nous partons visiter Saint Valéry. Une ville/village au bord de la baie. Des petites boutiques et belles devantures de boulangeries où je craque pour un croissant aux amandes.

On se balade et on y voit même un phoque, des gargouilles, des restaurants qui affichent fièrement leur collection du label routard. On la visite , on s’y pose pour refaire le monde et admirer la beauté de la simplicité. Puis comme on est venue, nous décidons de repartir, car nous y avons trouvé ce que nous cherchions. Le repos, la richesse de la simplicité, les liens qui nous unissent et les réponses à ces questions inutiles qui nous envahissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.