L’achat d’occasion – un ennemi au minalisme ?

L’achat d’occasion – un ennemi au minalisme ?

Cela fait un an que je suis attirée par le minimalisme. Mon cerveau, lui, a voulu interpréter ma démarche minimaliste comme un mouvement complémentaire à l'achat d'occasion (que je pratique depuis 10 ans environ). N'importe quoi. Je crois que nos cerveaux sont parfois fainéants et endormis - Finalité ; On se ment à nous même.

- X Podcast Élémentaire : Ep.3 X -

Je l’intègre dans ce billet, car il met bien en avant la notion de remise en question VS la 'tendance' du mouvement.

Minimalisme = Remise en question

 

Car vivre avec moins, c'est un nouvel apprentissage, un fight contre soi et ses mauvaises habitudes. Alors, j'ai regardé mon cerveau droit dans les yeux (oui il faut être flexible du regard) et je lui ai dit : " Ce n'est pas parce qu’on maîtrise l'achat responsable, qu'on sera des bons minimalistes". OMG et au contraire les gars …

Depuis des années je tire sur les ficelles de la bonne affaire, je connais les endroits, les astuces, la négociation, c'est comme vivre au milieu d'un rayon de promos H24. Donc, collision totale des 2 mouvements ? L'achat d'occasion est-il un ennemi du minimalisme ? Encore une fois, ça, c'est un coup du c** de cerveau fainéant qui ne veut pas reconnaître que le problème c'est nous. Faites-vous violence, ça pique un peu au début, mais après on est fier.

Comment résister à une chemise tendance à 7€ sur Vinted ? Comment ne pas craquer pour ce lot de petites tasses en brocante ? Comment tourner les yeux face à ce fauteuil vintage qui trône en mode GOT au milieu du dépôt vente ?

Pour cela, reprenez ces mêmes questions que votre inconscient vous balance et remplacez-les par : Pourquoi résister à une chemise tendance à 7€ sur Vinted ? Car j'en ai déjà 10. Pourquoi ne pas craquer pour ce lot de petites tasses en brocante ? Parce que j'ai encore dit il y a une semaine qu'on avait trop de mugs. Pourquoi tourner les yeux face à ce fauteuil vintage qui trône en mode GOT au milieu du dépôt vente ? Bah tu peux le regarder, mais clairement tu es prête à le mettre à la place de celui actuellement dans le salon ? Donc, de te débarrasser de celui dans le salon ? Car tu n’as pas deux salons si ? Tu es sérieusement en train de chercher une autre pièce ou le mettre juste pour l'acheter ? Est-ce que tu ne crois pas que tu le trouves juste beau en fait ?

Voilà ce que je fais depuis des mois et ça m'a évité bien des achats inutiles.

Le tri n'évite pas le danger

 

Trier, trier, trier, retrier et tomber sur un article qu'on vient d'acheter et qu'on est déjà en train de trier : Y'a pas comme un problème ? Bien sûr que le tri est nécessaire et OH combien difficile. J'ai par exemple, l'objectif de n'avoir que 50 pièces cohérentes et en phase avec ma personnalité dans mon dressing. Pourquoi 50 ? Car j'ai 50 cintres en bois et que je veux tout pendre.

Clairement, je vais mettre des mois avant d'y arriver. Car avant d'enlever de la penderie, il va falloir identifier qui je suis vraiment, ce qui me va, les coupes, les couleurs, le confort, etc... J'ai même récemment constaté que j'avais beaucoup de vêtements (plus de 100) mais (la grosse blague) il me manque des basiques pour pouvoir composer les tenues que j'avais imaginé de base en m'achetant certaines pièces.

Oui je sais, on commence à avoir mal au crâne à se dire " bon elle a que ça à faire que de se regarder le trou de b** ", mais c'est bien plus que ça. C'est la prise de conscience de tous ces achats injustifiés durant des années et l'autopsie de ma consommation. On achète, car c'est beau, mais pas forcément pour nous. Pas cher, mais c'est quoi cet argument ? On le veut, car l'autre là, alors ça, c'est magique comme raison. On craque, car on s'idéalise, encore un mensonge à nous-même. Bref, une vraie leçon de vie tout ça et non pas qu'une question de tri.

Arrêter la guerre aux bibelots pour se défier soit même

 

C'est pour cela que j'ai beaucoup de mal avec les défis de retirer X objets par jour de sa maison. Je me demande même si ce n’est pas encore un coup tordu du cerveau ça... pour se donner bonne conscience. La base, ça reste nous et pas les objets, c'est nous qui avons acheté ces objets. On ne va pas se culpabiliser, mais il faut qu'on s'analyse.

J'espère que cet article sur #maquetedumieux vous a plu. Je le fais dans le but de partager mes découvertes au fil de mes réflexions sur l'art de vivre mieux. En aucun cas, je ne souhaite juger les autres- au contraire - n'hésitez pas à laisser vos commentaires, vos expériences. C'était l'article 1 sur l’avancement dans mon parcours, je pense vous informer sur la suite, car c'est un sujet que j'aime beaucoup aborder ici . Je vais donc continuer à : Acheter responsable ( local, d'occas...), à mon image ( auto-analyse ) et maîtrisé ( identifier et dissocier désirs et besoins ). Biz à toi ‘

2 comments on “L’achat d’occasion – un ennemi au minalisme ?
  1. J’aime le style de vie minimaliste ! Je crois l’avoir fait tout naturellement quand j’étais étudiante. Avec 20m², ça laisse peu de choix pour l’accumulation ! Je calculais tout concernant mes fringues ou ma déco. Et même avec 88m² aujourd’hui, je réfléchis toujours un peu pareil ! Je suis heureuse d’avoir pris ce réflexe !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    • Beyourhome dit :

      Bonjour Line, nous avons nous aussi eu l’étape des 20m2 😉 – Merci pour votre retour sur la démarche minimaliste “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.