Voyager à Madère : Le paradis en hiver

Voyager à Madère : Le paradis en hiver

Les vacances de février riment toujours avec les pistes ou les îles ? Faux ! Il existe des destinations un peu moins évidentes, mais tout aussi prometteuses comme l’île de Madère où nous avons posé nos valises une semaine en février et ça s’est très bien passé !

Pourquoi Madère ?

  • La proximité géographique : 3h30 d’avion au départ de Bruxelles, l’île est située au large du Nord-Ouest de l’Afrique Décalage horaire : -1h (UTC +1)

  • Une simple carte d’identité suffit, car le pays est membre de l’espace Schengen

  • Monnaie : l’euro

  • Le climat : le climat est tempéré toute l’année avec des variations entre 10 et 25°C La promesse d’un éternel printemps, d’une floraison toute l’année et d’un paradis pour les randonneurs.

Alors avec toutes ces belles promesses on s’est lancé ni une ni deux on a réservé les billets d’avion (environ 200€ allé/retour par personne), le logement en Airbnb (environ 30€ la nuit) et ce qui va s’avérer par la suite une mauvaise idée une voiture de location...

En effet petit aparté, l’île de Madère est une île volcanique avec beaucoup de villes accessibles par des petites routes exiguës et surtout très pentues… Du coup il faut une voiture adaptée (pas une Nissan Micra louée chez Goldcar pour une fortune et particulièrement inadaptée…) ou utiliser d’autres moyens de transport, car il y en a comme le bus, le taxi ou même les excursions, mais j’en parlerai plus loin dans l’article !

Ce qu’on a aimé visiter à Madère

La capitale Funchal :

Une très belle découverte, nous avons été charmés par les couleurs des ruelles, les jolies portes peintes de la vielle ville et les bâtiments pittoresques du centre. La vue de la digue vers les hauteurs et surtout la profusion de végétation !

Le Jardin Botanique :

Il est situé entre 200 et 350 mètres au-dessus du niveau de la mer du coup pour l’atteindre on peut soit faire un choix sportif et y accéder à pied, mais là… les mollets sont mis à rude épreuve ou on peut choisir la facilité et un panorama différent en prenant le téléphérique (une dizaine d’euros par personne pour un trajet de 15 min). Ce jardin s’étend sur 35 hectares et présente pas moins de 2000 variétés de plantes en tout genre : des cactus aux plantes médicinales on s’étonne et découvre à chaque pas ! Il faut prévoir environ 2h pour profiter de sa visite pleinement. (L’entrée est à 6€).

Le marché permanent :

Marcado dos Lavradores : Un florilège de fruits, d’épices, de fleurs… très joli pour les yeux un peu moins pour le porte-monnaie ! C’est bien d’y passer pour l’ambiance et les photos, mais un peu moins pour consommer, car les produits restent chers.

LES RANDONNÉES :

C’était l’une des raisons majeures pour laquelle nous sommes partis sur cette île : La promesse d’un paradis pour les amoureux de la nature et nous n’avons pas été déçus ! Les paysages sont vraiment très diversifiés, on peut aisément passer d’une digue en bord de mer au sommet d’une montagne ou au fin fond d’une forêt luxuriante. Pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec la conduite « sur routes escarpées » il existe des « Tours » ou « Walks » organisés par des agences qui mettent au service de leurs clients un véhicule avec chauffeur et un guide pour la journée.

C’est cette option que nous avons choisie pour deux randonnées avec l’agence Lido Tours qui a été excellentissime. La randonnée Pico do Arieiro – Pico Ruivo : Une randonnée au sommet ! Le Pico Ruivo s’élève à 1861 mètres d’altitude, c’est le point culminant de l’île de Madère et le troisième sommet du Portugal. Le Pico do Arieiro quant à lui culmine à 1818 mètres d’altitude et est le troisième sommet de Madère.

Niveau paysage on s’attendait à voir de la belle roche et des vues de Très-Haut sur l’île et nous avons été comblé ! Quelques informations sur cette randonnée : Pour atteindre le Pico de Ariero à partir du Pico Ruivo il faut parcourir 10 km soit une balade d’environ 4h. Point de vue difficulté la rando est réputée difficile, car il y a un passage ou il faut montrer des escaliers à flanc de montagne et pas mal de marches aussi, mais ce n’est pas insurmontable.

Cette rando est tout de même à déconseiller aux personnes ayant le vertige ou par temps humide. À noter également qu’il faut prévoir une petite laine même si il fait chaud en bas, car dans les hauteurs c’est toujours un peu plus frais ! Nous recommandons vivement cette randonnée pour les passionnés de montagne, de paysage rocheux aux mollets costauds !

La levada des 25 fontaines et cascades de risco :

Très différente de la précédente randonnée, ici on nous emmène dans les sous-bois humides de l’île où la végétation est luxuriante et le cadre très vert et reposant. Tout au long de la marche, nous pouvons admirer des petites et plus grosses cascades dont la cascade de Risco qui est assez impressionnante, mais aussi touristique.

Le chemin de randonnée longue un levada, c’est-à-dire un canal d’irrigation ou l’on peut même croiser quelques gros poissons. Quelques informations sur cette randonnée : Une rando calme et reposante, accessible à tous et relativement plate, elle est vraiment accessible à tous. Ponta de São Lourenço : La pointe Saint-Laurent ou pointe de São Lourenço est le point le plus à l'est de l'île de Madère. L’impression d’être au bout du monde surplombant la mer en fait un lieu sublime de par le contraste de la roche rougeâtre et de la mer azure.

Quelques informations sur cette randonnée :

Cette randonnée s’étend sur 8 km avec un petit dénivelé. De nombreuses côtes à monter et descendre grâce à de nombreuses marches en pierre nécessitent un peu de courage et de bons mollets.

Le bord de mer: Nous n’avons pas eu énormément l’occasion de trop nous attarder dans les villes côtières. Nous avons cependant fait un petit détour dans la ville de Porto Moniz. Cette ville est réputée pour ces piscines naturelles aux eaux peu profondes et cristallines face à l’océan. La ville est par ailleurs très calme et bordée de points de restauration pour une petite pause gourmande.

Et on mange quoi à Madère ?

L’île de Madère compte nombre de spécialités et nous avons eu la chance d’en goûter quelques-unes. Bien connue pour son poisson et ses bananes qui poussent de manière très visible un peu partout ce ne sont pas les seules gourmandises que proposent l’île :

L’espetada : Ce délicieux plat typique de l’île est constitué de gros morceaux de bœuf, frottés à l’ail et au sel, qu’on assaisonne avec des feuilles de laurier avant de les cuire sur la braise. Les amoureux de viandes seront séduits.

Le bolo do caco : C’est un petit pain traditionnel à la patate douce cuit sur la pierre. À Madère c’est le burger local on le trouve dans toutes les petites échoppes agrémentées de beurre à l’ail, de bacon chorizo et même de fromage.

Le Poncha : Bien que le vin local soit également très bon, le poncha est LA boisson alcoolisée de l’île. Ce cocktail typique de l’île est composé de rhum agrémenté de citron ou d’orange il est servi comme digestif après les repas.

Voilà un court résumé de notre semaine à Madère que nous avons vraiment adoré autant pour la diversité des paysages, la douceur des températures en plein mois de février et la gentillesse de ces habitants. Je vous conseille vivement cette destination c’est un vrai avant-goût du printemps en plein hiver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.